Ventilation et choix des APR

Nous avons vu dans un précédent article comment le nombre d’opérateurs en zone peut influencer le classement du niveau d’empoussièrement d’un chantier, et peut faire évoluer en niveau 2 un chantier d’amiante,  initialement classé en niveau 1 à partir du résultat de mesures sur chantier test.

Le nombre d’opérateurs en zone a aussi une influence sur le type de protections respiratoires à utiliser. Supposons qu’un processus a été évalué sur un opérateur en niveau 2, pour un renouvellement d’air de la zone égal à 6 fois par heure. Le résultat conduit à environ 550 Fibres par litres, et l’opérateur peut être équipé d’un masque TM3P. L’arrivée d’opérateurs supplémentaires utilisant le même processus va faire augmenter le niveau d’empoussièrement dans la zone respiratoire des autres, si bien que la limite de 800 F/l sera dépassée et les masques TM3P ne seront plus suffisants pour assurer le respect de la VLEP de 10 F/l.

Pour pouvoir continuer de travailler en TM3P, l’entreprise devra adapter le taux de renouvellement d’air neuf au nombre d’opérateurs en zone et augmenter le débit d’entrée d’air.

niveau2

Pour en savoir plus: FEB 07-03 ACAb

Prochaine session ACA à Mulhouse -Lutterbach : 20 décembre 2016

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas publiée. Les champs Nom et Courriel sont obligatoires.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>