MASE : faut-il faire certifier sa société de désamiantage ?

D’une société qui a pu obtenir et conserver une certification pour le retrait ou l’encapsulage d’amiante, en général après avoir fourni de gros efforts d’investissement et d’organisation, on peut penser qu’elle n’a rien à prouver en termes de maîtrise des risques sur ses chantiers.

Pourtant, pour intervenir sur certains sites industriels, il faut, en plus, prouver la conformité de son organisation au Manuel d’Amélioration de la Sécurité, santé, environnement des Entreprises (MASE) mis en place à l’initiative des entreprises utilisatrices clientes.

Le MASE est un dispositif porté par plusieurs associations d’entreprises couvrant l’ensemble du territoire national et portant sur 5 axes :

– Engagement de la direction de l’entreprise

– Compétences et qualifications professionnelles

– Organisation du travail

– Efficacité du système de management

– Amélioration continue

Contrairement à la certification amiante, selon le référentiel technique NF X 46-010, et les audits y afférents, qui ne pointent que les opérations mettant en oeuvre des processus amiante, le MASE concerne toutes les situations de travail dans l’entreprise. Il s’agit donc d’une démarche beaucoup large qui implique l’ensemble des moyens de l’entreprise et pas seulement les équipes en charge de l’activité amiante. Le dispositif s’adresse aux entreprises prestataires quelle que soit leur taille.

Les entreprises de désamiantage certifiées, étant désormais familières de la gestion d’un système documentaire et de la formalisation des procédures de travail, pourront transposer la description et le fonctionnement de leur organisation à la démarche de certification MASE sans trop de difficultés. Certaines, déjà présentes dans l’industrie ont déjà obtenu ce sésame pour continuer à accompagner leurs clients en cas de découverte d’amiante, et, de plus en plus, de revêtements au plomb.

Le mouvement devrait s’intensifier suite à l’avènement du repérage amiante avant travaux sur les installations et procédés industriels,  introduit par le code du travail dans le dernier domaine visé par l’article R 4412-97 : 6° Installations, structures ou équipements concourant à la réalisation ou la mise en oeuvre d’une activité. Le projet de norme NF X 46-100 correspondante est d’ors et déjà rédigé et l’arrêté permettant de mieux encadrer ces repérages devrait entrer en vigueur au plus tard le 1er juillet 2020.

Il faut ainsi s’attendre, dans le domaine industriel, à de nouvelles vagues de découverte d’amiante et à une multiplication des opérations de traitement d’amiante en sous-section 3 , alors que les entreprises détentrices d’une certification MASE sont le plus souvent habituées à intervenir sur l’amiante en sous-section 4, pour des opérations ponctuelles d’entretien ou de maintenance, mais ne sont pas certifiées ni équipées pour les traitements en sous-section 3.

Il pourrait donc être opportun pour les désamianteurs certifiés de se positionner sur ce marché et de faire reconnaître leur démarche de prévention des risques, par l’obtention de la certification MASE, et par là-même de se mettre en valeur auprès d’une clientèle plus sélective.

CEFASC ENVIRONNEMENT a déjà accompagné avec succès de nombreuses entreprises dans la mise en place et le suivi de leur système de management amiante et l’obtention de leur certification en sous-section 3. Nous sommes désormais aussi en mesure de vous aider vers l’obtention de votre certification MASE.

Renseignements : info@cefasc.eu

Tél : 03 89 61 58 88

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas publiée. Les champs Nom et Courriel sont obligatoires.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>