Pourquoi faut-il repérer l’amiante dans les bâtiments ?

L’amiante est présent dans de nombreux matériaux utilisés dans la construction des bâtiments construits avant 1997. Avec le temps les matériaux libèrent des fibres d’amiante invisibles qui restent en suspension dans l’air. Cette libération de fibres peut être :

– spontanée, sous l’effet de la dégradation des matériaux dans le temps,

– causée par des chocs, vibrations, frottement lors de l’utilisation ou l’entretien courant,

– ou générée par des travaux de perçage, découpe, décapage, démolition, etc.

Les fibres d’amiante peuvent, lorsqu’elles sont présentes dans l’air qu’on respire, causer des années plus tard de graves maladies.

On sait que la proportion de malades, parmi les personnes ayant respiré des fibres au cours de leur vie, augmente avec la quantité de fibres accumulée dans leur corps. On ne connait pas de valeur minimale d’amiante dans l’air au dessous de laquelle le risque de cancer n’existerait pas. Il est donc important de réduire au plus bas possible la quantité d’amiante que l’on respire dans sa vie.

C’est pourquoi il est important de savoir, lorsqu’on occupe, ou qu’on fait des travaux dans un bâtiment, si celui-ci présente un risque de libérer de fibres d’amiante.

Il existe ainsi deux grands types de repérage selon que l’objectif est de protéger les occupants des bâtiments, ou les personnes effectuant des travaux :

1) Pour la protection des occupants, le repérage consiste d’abord à rechercher les matériaux contenant de l’amiante dans le bâtiment, accessibles sans travaux d’accès destructifs, puis ensuite d’évaluer si ces matériaux libèrent des fibres dans l’air ambiant. Ce repérage est donc limité.

2) Pour éviter l’inhalation de fibres par les travailleurs et les riverains, à l’occasion de travaux, et la pollution durable de l’environnement du chantier, il est nécessaire d’étendre le repérage de l’amiante à tous les matériaux dérangés par l’intervention.

En France, le premier type de repérage sert de base au constat avant vente d’un bâtiment, et au dossier technique amiante (DTA). Les repérages avant travaux ou avant démolition, appartiennent au second type. Il existe des obligations réglementaires concernant ces repérages.

 

2 thoughts on “Pourquoi faut-il repérer l’amiante dans les bâtiments ?

  1. Quintois

    décembre 7, 2021 at 8:28

    Bonsoir
    Ma municipalité a acheté un bâtiment ou se trouvait une bibliothèque et le Centre Technique Municipal au rez de chaussé ce bâtiment est sur 2 étages
    Au rez de chaussé des dalles ont été détecté avec le l’amiante ainsi que le toit qui est a nu au premier étage
    Des grandes ouvertures vont être créés dans la façade
    Et un escalier intérieur excitant donnant accès au premier niveau va être déplacé
    Avec le perçage du plancher béton
    Ces travaux ne vont t’ils pas engendrer des vibrations dans le bâtiment ?
    Y’a-t-il pas un risque que des poussières s’échappe du toit qui est de 1969 ?
    A notez que pendants les travaux les livres de la bibliothèque ainsi que du mobilier de l’école et jeux de kermesse ont été stocker sous ce toit sans aucune protection particulière (livres mis en cartons)
    T’a-t-il un risque de contamination par les poussières d’amiante ?
    Devrait -il y avoir une isolation du premier étage ?
    Merci de votre aide

  2. admin

    décembre 8, 2021 at 6:40

    Bonjour, avez-vous consulté le Dossier Technique Amiante du bâtiment (DTA), avec en annexe ses consignes générales de sécurité, mis à disposition sur demande de tout occupant des locaux ? Celui-ci indique l’état de conservation des matériaux amiantés accessibles et les éventuelles mesures de prévention nécessaires pour prévenir l’exposition des occupants.
    Si le DTA n’est pas à jour, il est grand temps de le faire établir, à partir, le cas échéant, du repérage amiante établi lors de la vente du bâtiment.
    Voir : https://www.legifrance.gouv.fr/codes/article_lc/LEGIARTI000043841389
    Pour ce qui concerne les travaux prévus, l’évaluation des risques du donneur d’ordre doit étudier l’impact du projet sur l’environnement, dont les matériaux amiantés en place, affectés directement ou indirectement.
    Comme l’amiante, les poussières de silice cristalline produites par le percement du plancher béton sont reconnues cancérogènes depuis le 1er janvier 2021. Des mesures doivent être prises pour supprimer la diffusions des poussières. Cela est réalisé, a minima, par travail à l’eau et captation des poussières à la source à l’aide d’un aspirateur.
    Concernant l’entretien des dalles de sol, des précautions sont à prendre par le personnel de nettoyage.
    https://www.inrs.fr/actualites/rapport-exposition-amiante-entretien-dalle-sol.html

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas publiée. Les champs Nom et Courriel sont obligatoires.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.